• En avril, j'ai lu, j'ai vu ...

    Robe de marié, Pierre Lemaitre

    Découverte de cet auteur en regardant mon émission préférée du samedi soir. Il venait parler de son dernier livre (pas encore lu) et lors de l’interview les animateurs ont beaucoup parlé du livre précédent qui avait remporté le prix Goncourt et qui venait de sortir en livre de poche (j’en parle plus bas). Donc vu les éloges dithyrambiques de tout le monde, je me dis que j’ai du passer à côté de beaux livres. Comme le dernier paru et le prix Goncourt ne sont pas dispos à la bibliothèque, je me jette sur « Robe de marié ». Le titre m’intrigue, je pense à une erreur d’impression mais non bien sûr… explication de ce titre au fur et à mesure de la lecture.

     J’ai adoré ce thriller, normalement pas mon genre de livre, mais c’est super bien écrit, tu es tenu en haleine, tu essaies de comprendre la psychologie du personnage. Un livre qui se dévore et qui m’a donné envie de lire le Prix Goncourt.

    En avril, j'ai lu, j'ai vu ...Résumé de la maison d'édition:
    Nul n'est à l'abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence: mille petits signes inquiétants s'accumulent puis tout s'accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n'a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape...

     Extrait:

    J'ai peur. Tous les morts remontent. La nuit. Je peux les compter, un à un. La nuit, je les vois assis à une table, côte à côte. La nuit. En bout de table, Léo, avec son lacet autour du cou.
    Il me regarde avec un air de reproche. Il demande : "Tu es folle, Sophie? Pourquoi m'as-tu étranglé? Tu es folle, c'est vrai?" et son regard m'interroge et me transperce. Je connais son air dubitatif, il penche la tête un peu sur la droite avec l'air de réfléchir. "Oui, mais ce n'est pas nouveau, elle a toujours été folle", dit la mère de Vincent.

     Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre

     Bienvenue dans le monde de l’après guerre 1914-1918. Ce deuxième livre a conforté mon impression sur cet auteur. Si je devais recommander un livre, jusqu’à ce jour, ce serait celui-là ! Les poilus, les blessures de guerre innommables, le remord, les relations familiales, la culpabilité, la cupidité, les relations mère/fils, hommes/femmes mais surtout l’amitié et jusqu’où on peut aller par amitié pour quelqu’un qui a partagé les mêmes galères que vous. Tous ces sujets sont abordés dans ce livre de 624 pages. Un chef d’oeuvre que je vous recommande chaleureusement !

    En avril, j'ai lu, j'ai vu ...Résumé de la maison d'édition

    Ils ont miraculeusement survécu au carnage de la Grande Guerre, aux horreurs des tranchées. Albert, un employé modeste qui a tout perdu, et Edouard, un artiste flamboyant devenu une «gueule cassée», comprennent vite pourtant que leur pays ne veut plus d'eux. Désarmés, condamnés à l'exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l'amertume, les deux hommes que le destin a réunis imaginent alors une escroquerie d'une audace inouïe. Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'Etat qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants. Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose avec talent la grande tragédie de cette génération perdue.

    Extrait

    - En le tenant contre lui, Albert se dit que pendant toute la guerre, comme tout le monde, Edouard n’a pensé qu’à survivre, et à présent que la guerre est terminée et qu’il est vivant, voilà qu’il ne pense plus qu’à disparaître. Si même les survivants n’ont plus d’autre ambition que de mourir, quel gâchis…

      - Ah, on t’a trouvé, mon chéri ?

      Comme soulagée. Quelle salope. Elle avait envoyé le coursier le chercher jusque dans le lit de      Mathilde de Beausergent, c’était à se demander comment elle était informée.

     - On ne t’a pas interrompu avant l’orgasme, j’espère ! demanda Madeleine.

    Hippocrate aux enfers, Michel Cymes

     Michel Cymes est plutôt connu pour l’émission sur la santé qu’il présente sur une chaine française mais il a déjà écrit quelques livres généralement sur la santé. Ce livre ne parle pas de santé à proprement parlé mais des expériences menées par une grosse poignée de soit disant médecin, chercheur,… durant l’avant et pendant la dernière guerre.

    Honnêtement, je n’aime pas le style d’écriture de Michel Cymes qui est assez basique. Je n’aime pas les livres écrit comme l’on parle. Tout le livre est écrit comme s’il racontait des histoires mais j’y ai énormément appris sur cette partie de notre histoire qui me fascine toujours autant. Malgré mes nombreuses lectures sur cette sombre période, j’arrive toujours à être surprise par l’imagination barbare des hommes, la supériorité intellectuelle que certains pensaient avoir sur d'autres êtres humains

    En avril, j'ai lu, j'ai vu ...Résumé de la maison d'édition

    C'était là.
    C'est là que tant de cobayes humains ont subi les sévices de ceux qui étaient appelés "docteurs", des docteurs que mes deux grands-pères, disparus dans ce sinistre camp, ont peut-être croisés.
    Je suis à Auschwitz-Birkenau.
    Il s'agit d'un voyage de mémoire, un pèlerinage personnel que j'ai maintes fois repoussé.
    Là, devant ce bâtiment, mon cœur de médecin ne comprend pas. Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort aussi cruellement ? Ils n'étaient pas tous fous, ces médecins de l'horreur, et pas tous incompétents.
    Et les résultats de ces expériences qui ont été débattus, discutés par des experts lors du procès de Nuremberg ? Ont-ils servi ? Ont-ils été utilisés par les alliés après la guerre ? Que sont devenus les médecins qui ont été "exfiltrés" ?
    Quand la nécessité est devenue trop pressante, quand j'ai entendu trop de voix dire, de plus en plus fort, que ces expériences avaient peut-être permis des avancées scientifiques, j'ai ressorti toute ma documentation et je me suis mis à écrire.» Michel Cymes

    Médecin spécialiste, Michel Cymes exerce dans un hôpital à Paris. Il est présentateur d'émissions médicales sur France Télévision.

    Extrait:

    Il existe d'importantes collections de crânes de presque toutes les races, et peuples. Cependant il n'existe que très peu de spécimens de crânes de la race juive permettant une étude et des conclusions précises. La guerre à l'Est nous fournit une occasion de remédier à cette absence. Nous avons l'occasion d'obtenir des preuves scientifiques et tangibles, en nous procurant des crânes de commissaires juifs bolcheviques qui personnifient une humanité inférieure, répugnante, mais caractéristique.
    Le meilleur moyen d'obtenir rapidement cette collection de crânes sans difficultés consisterait à donner des instructions pour qu'à l'avenir la Wehrmacht remette vivants à la police du front tous les commissaires bolcheviques juifs. [...] Un jeune médecin devra prendre une série de photographies et des mesures anthropologiques.
    Après la mort de ces Juifs, dont on aura pris soin de ne pas endommager la tête, il séparera la tête du tronc, et l'adressera à son point de destination dans un liquide conservateur.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Comment je prend soin de ma peau hyper sècheMa coloration cheveux presque bio »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Juin 2016 à 10:03

    Je prends note de ces romans.

    J'attends que les enfants soient en vacances pour reprendre tranquillement la lecture. Je me suis faite ma petite liste de livres, que je publierai dans un article très bientôt.

     

      • Lundi 27 Juin 2016 à 15:22

        :-) j'ai la chance ou pas de faire 3h de trajet par jour  donc la lecture et moi on est surper copines ;-). Si tu as un blog, donne moi le tien que j'y aille faire un tour de temps en temps :-) Bises pluvieuses de Belgique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :