• Mes dernières lectures

    Ces dernières semaines, j'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur les livres  que je voulais lire pas par manque d'envie mais à cause des insomnies que j'ai depuis presque 2 mois. Voici mes dernières recommandations péniblement lues mais divertissantes, intéressantes, instructives.

    Ensemble c'est tout, Anna Gavalda (J'ai lu)

    Livres, film et pièce de théatrePrésentation de l'éditeur

    " Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences... " Camille dessine. Dessinais plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin. Ces quatre là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour -appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever.

     Mon avis

    Un livre qui finit trop vite. Des personnages, simples, malheureux, drôles, intelligents, plein d'humour et en pleine galère. On referme ce livre en étant plus optimiste sur l'entraide, l'amitié, l'amour. Tous ces sentiments qui peuvent nous transformer et nous faire déplacer des montagnes.

    Je n'avais jamais lu de livre d'Anna Gavalda mais celui-ci m'a donné envie de poursuivre la lecture de son monde

     Americanah, Chimamanda Ngozi Adichie (Gallimard) 

     

    Livres, film et pièce de théatrePrésentation de l'éditeur
     
    "En descendant de l'avion à Lagos, j'ai eu l'impression d'avoir cessé d'être noire." Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l'Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu'on change de continent, lorsque sou­dainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ? Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux Etats-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.
     
    A la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d'ombre, Americanah est une magnifique histoire d'amour, de soi d'abord mais également des autres, ou d'un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d'immigrant, et parcourt trois continents d'un pas vif et puissant. Traduit en 25 langues, Americanah s'est déjà vendu à 500 000 exemplaires aux Etats-Unis et en Angleterre. Il a également été consacré par le National Book Critics Circle Award for Fiction et a figuré parmi les dix livres de l'année du New York Times.
     
    Mon avis

    Critique sociale mais aussi roman d'amour, drôle et grave à la fois, avec deux styles d'écriture ( celle du blog et celle du roman). Une héroïne attachante. Le rêve américain (dans ce cas précis) mais aussi européen n'est pas aussi aisé que l'on le pense. Une belle réflexion sur l'adaptation, l'acclimatation et les clichés.

    Des phrases cultes, des phrases chocs, des phrases qui prêtent à sourire mais surtout à la réflexion

    Extraits

    "Si vous dites que la race n'a jamais été un problème, c'est uniquement parce que vous souhaitez qu'il n'y ait pas de problème. Moi-même je ne me sentais pas noire , je suis devenue noire qu'en arrivant en Amérique. Quand vous êtes noire en Amérique et que vous tombez amoureuse d'un Blanc, la race ne compte pas tant que vous êtes seuls car il s'agit seulement de vous, et de celui que vous aimez. Mais dès l'instant où vous mettez le pied dehors, la race compte. Seulement nous n'en parlons pas. Nous ne mentionnons même pas devant nos partenaires blancs les petites choses qui nous choquent et que nous voudrions qu'ils comprennent mieux, parce que nous craignons qu'ils jugent notre réaction exagérée ou nous trouvent trop sensibles"

    "Quand vous mettez des sous-vêtements couleur chair ou utilisez des pansements couleur chair, savez-vous à l'avance qu'ils ne seront pas assortis à la couleur de votre peau ? "

    "Quand on signale un crime, prie pour que l’auteur ne soit pas noir, et si c’est le cas, tiens-toi à l’écart de la zone du crime pendant des semaines, sinon on pourrait t’arrêter parce que tu corresponds au profil. Si un caissier noir ne sert pas correctement la personne non noire qui te précède, compliment cette personne à propos de ses chaussures ou d’autre chose, pour compenser la mauvaise attitude du caissier, parce que tu en es aussi responsable que lui. Si tu es étudiant dans une université de l’Ivy League, et qu’un Jeune Républicain affirme que tu es là uniquement à cause de la Discrimination Positive, ne brandis pas aussitôt les excellentes notes que tu as obtenues au lycée. Au contrainte, fais aimablement remarquer que les premiers bénéficiaires de la Discrimination Positive sont les femmes blanches. Si tu vas au restaurant, laisse des pourboires généreux. Sinon le prochain Noir qui se présentera sera affreusement mal servi, car les serveurs rouspètent quand ils ont une table de Noirs. "

     

     

     

     

    « Les endroits que je vous recommandeLe livre de la rentrée, Les promesses d'Amanda Sthers »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :